De retour de 10 jours en Chine, l’atterrissage en France me renvoie à nos querelles hexagonales.

La droite continue de se déchirer dans la perspective de l’échéance de 2017.

La gauche déclare la guerre à l’Allemagne qui refuse d’assurer nos fins de mois.

Le bilan de la première année de mandat de François Hollande se révèle catastrophique.

Encore quatre ans titre le Figaro Magazine en le ponctuant d’un point d’interrogation.

Notre pays pourra-t-il résister encore quatre ans alors que le Président de la République vient de le plonger dans une crise morale, économique et sociale comme rarement il en a connue.

La cote de popularité de l’exécutif poursuit sa chute vertigineuse.

La Commission Européenne vient de nous accorder un délai supplémentaire de deux ans pour respecter le pacte de stabilité. Pouvait-elle faire autrement ? sans doute pas sauf à plonger l’Europe toute entière dans une crise politique majeure.

A l’autre bout de la terre, on nous regarde avec étonnement.

Les deux jours de François Hollande à Pékin et à Shanghai n’ont soulevé aucune question. Si une semble-t-il, il n’aurait pas respecté une tradition, celle d’une visite à XI’AN , la capitale millénaire ; une faute de goût du Président normal.