La « crue du siècle » il y a quelques jours en Allemagne devrait nous inciter à une réflexion approfondie sur la protection de Paris et de ses habitants ainsi que ceux de la Petite Couronne.

Le niveau de l’Elbe dans l’est du pays a atteint un niveau semble-t-il jamais atteint depuis 1200 ans.

A Magdebourg, ville de 230.000 habitants, plus de 20.000 personnes ont dû être évacuées, des entreprises ont vu disparaitre leur outil de travail.

Les dégâts des crues du Danube et de l’Elbe seraient estimés à plus de 10 milliards d’euros.

Mais aussi plus proche de nous les inondations à Lourdes et dans les communes avoisinantes ont engendré l’horreur avec la perte de vie humaine et des dommages matériels inégalés.

Alors que le Maire de Paris vient d’inaugurer en grand pompe l’ouverture au public de la voie sur berge rive gauche, dont un nouveau dossier évoqué au Conseil d’Arrondissement de lundi montre le détournement du site au profit d’animations commerciales, l’exécutif parisien reste autiste aux alertes sur les conséquences gravissimes d’une crue centennale de la Seine, la dernière en date étant celle de voir les trois quarts des lits de l’APHP impactés.

La nouvelle majorité du Conseil de Paris en 2014 devra prendre en charge ce dossier avec pragmatisme ; je m’y engage pour ma part.