Halte au bétonnage de la villa de Ségur

Comme les riverains de la villa de Ségur, mais également ceux de tous les immeubles bordant l’ancien site de Michelin, avenue de Breteuil, nous avons découvert avec effarement le projet de bétonnage de cet ilot constituant une aire de respiration au cœur d’habitations familiales.

En effet, dans le plus grand secret, un projet immobilier de très forte ampleur a été élaboré par COVEA Immobilier consistant à construire un immeuble de bureaux avenue de Breteuil tout en restructurant l’immeuble classé Art Déco et des immeubles d’habitations villa de Ségur.

Au total sont annoncés 800m2 de bureaux supplémentaires, une soixantaine de logements privés et une trentaine de logements sociaux, 170 places de stationnement.

Lors d’une réunion tenue à la Mairie du 7ème arrondissement dont on avait soigneusement évité d’inviter une partie des élus de l’arrondissement, Madame Dati a annoncé de surcroit la construction d’une crèche sans aucune précision ni sur son statut ni sur sa localisation !

Sous l’aspect environnemental, ce projet est inacceptable car conduisant à une densification immobilière de la villa de Ségur et à une circulation incompatible avec cette voie en impasse de 10 mètres de large et de 50 mètres de long. De surcroit, ce projet pourrait se révéler dangereux pour la stabilité des immeubles voisins compte-tenu de la géologie du sol.

Sous le plan politique, on ne peut que regretter un fois de plus la tentative de passage en force en tenant certains élus et la population dans l’ignorance de l’élaboration du projet. De surcroit, ce projet est en totale opposition avec la volonté de préserver les espaces de respiration des différents secteurs de Paris.

Pour l’ensemble de ces raisons, je suis totalement opposé à ce projet et soutiens l’action de l’association de riverains en cours de constitution.

Avec Martine Namy-Caulier, nous avons pu échanger sur l’ensemble de ces questions lors d’une rencontre sur site samedi matin.

Défendons ensemble notre cadre de vie en nous opposant à cette nouvelle tentative de bétonnage.

Je m’y engage résolument.

Michel Dumont